Inspiration bijoux # les BO en or Dolce & Gabbana

Dolce and Gabbana

 

j’ai dit Oui à mon amoureux cet été. La cérémonie civile s’est tenue trois jours avant le mariage religieux. Cela m’a donc donné tout le loisir de m’amuser un peu avec un thème coloré et festif, un peu moins traditionnel. J’avais passé le mot à nos familles et amis, l’idée était… La riviera Italienne. (tadaaaam!)
Tout le monde ou presque s’est pris au jeu. Nous avons eu un Mastroianni, une Monica Vitti, une Magnani et une Anita Ekberg plus vraie que nature (coucou Sarah!)…  L’ensemble était chic et joyeux.

Voici les boucles d’oreilles sur lesquelles je suis tombée lors de ma quête d’inspiration.
Elles m’évoquent la Sicile et son intensité, Pasolini, Antonioni, Fellini, …  Alors évidemment j’en veux!

Le reste de la collection de bijoux est également très désirable.

Plus généralement je suis fascinée par l’imagerie baroque que proposent les deux créateurs depuis quelques saisons. L’opulence des broderies et des guipures, les symboles et les icônes religieuses imposantes, le trouble de la dentelle et de la transparence mêlés à une certaine austérité. Et puis ces couleurs, le rouge, le noir, le blanc et l’or, comme la passion, le deuil, la pureté et la religion. Tout ceci raisonne très très fort en moi.

00460h_995355566_north_552x 00620h_577781306_north_552x 00050h_555839753_north_552x 00670h_248337318_north_552x 00540h_768812604_north_552x 600x413xdolce-and-gabbana-aw13.jpg.pagespeed.ic.ezzJAighao 00110h_187272957_north_552x

Photos défilé Dolce & Gabbana automne-hiver 2013_2014
Boucles d’oreilles Dolce & Gabbana en or 18 carat, Saphir et jade.

Je vous embrasse!

Lætitia

Share

Le foie gras mi-cuit au micro-ondes de Pieter

DSC06300

L’annonce du mode de cuisson de ce grand classique produit systématiquement son petit effet lors des diners ou nos invités s’en délectent, je crois, autant que moi. Mais la cuisson au micro-onde est préconisée par nombre de grands chefs, et cela, Pieter vous dirait que « tous les spécialistes te le diront ».

Pour cette recette très simple, je vous conseille de choisir un foie gras déjà dénervé. Il vous suffira alors simplement de vérifier qu’il ne reste aucun nerf.

L’assaisonnement

Séparez les deux lobes.
Mélangez dans un ramequin 1 cuillère à café de sel avec une demi-cuillère à café de poivre noir. Parsemez ce mélange sur les deux faces du foie. Arrosez ensuite de deux cuillères à soupe de Lillet, de Cognac ou d’Armagnac (cela peut être aussi du whisky).
Tassez bien les deux lobes dans une terrine à foie gras et laissez mariner toute la nuit.

La cuisson

Le lendemain, videz l’excédent de marinade.
Réglez votre four à micro-ondes à 750 Watts. On comptera 20 secondes de cuisson par 50g. (En général environ une minute quarante pour un foie gras moyen).
Il faut procéder par phases. Commencez par une minute, puis sortez le foie gras et enfournez-le de nouveau par phase de 10 secondes de cuisson.
Il faut s’arrêter lorsque on commence à avoir une fine couche de gras autour.


La conservation

Une fois la cuisson terminée, récupérez la graisse fondue dans un ramequin et réservez-là au réfrigérateur.
Entourez votre presse de film et posez-là sur le foie. Ajoutez quelque chose dessus pour accentuer la presse (un paquet de riz ou deux verres). Conservez au réfrigérateur.
Attendez quatre heures puis réchauffez et faîtes couler la graisse que vous aviez réservé sur le foie gras.

Le foie gras sera meilleur si vous attendez 24 à 48H avant de le déguster.

Lætitia

Share
Tagged ,

Let’s go for a run!

De tous les sports que j’ai pratiqué, la course à pieds est celui qui me correspond le mieux.
Outre la simplicité et le fait qu’on puisse courir ou que l’on se trouve à condition d’avoir à disposition un minimum d’équipement, le footing me procure un bien-être instantané. C’est simple si je ne cours pas au minimum trois fois par semaine, je le ressens très rapidement sur mon état général. Je sais que mon équilibre se mesure à trois choses: faire du sport, équilibrer mes repas, éviter de me coucher trop tard.

Mes copines me demandant souvent comment je fais pour me motiver toute l’année, j’ai donc pensé que quelques pistes pourraient intéresser ceux qui souhaitent débuter;

S’équiper
C’est la première condition pour bien démarrer. Investissez dans une bonne paire de running avec un bon amorti.
Pour ma part, j’en change environ deux fois par an. Je vous conseille la boutique Marathon ou Planet Running pour choisir une paire vous convenant parfaitement. Ces boutiques proposent un test très efficace pour vous aider à comprendre le mouvement qu’exerce votre pied lorsque vous courrez (êtes-vous pronateur, supinateur, universel?), et choisir une paire qui sera adaptée à votre foulée. Dans certains cas, la réalisation de semelles à vos mesures par un médecin du sport sera nécessaire. (C’est mon cas, je suis sur-pronateur)
Munissez-vous également de vêtements techniques (veste contre la pluie et le vent, short l’été, collant l’hiver, brassière et haut adapté aux températures) afin de ne pas être freiné par les intempéries (non la pluie, le vent et même la neige ne sont pas des excuses valables pour ne pas sortir courir).
Il va sans dire que porter des vêtements légers dans lesquels vous vous sentez joli(e) aide à se motiver (d’autant que la très forte probabilité de croiser une connaissance le dimanche matin au bois de Boulogne laisse peu de place à la tentation du jogging en éponge rose…)

Si vous commencez à apprécier la course à pied, je vous conseille aussi de vous offrir une montre de sport calculant votre rythme cardiaque. Vous pouvez en choisir une intégrant un GPS. Elles permettent de savoir à quelle allure on court et de progresser plus rapidement.

Planifier ses sorties à l’avance
Trouver le temps de faire du sport régulièrement tout en ayant une vie professionnelle, et une vie sociale demande un minimum d’organisation. Je me connais, je sais que le soir je privilégie toujours un verre en terrasse ou un diner entre amis si l’occasion se présente même à l’improviste plutôt que d’aller m’entrainer. Je prévois donc mes séances d’entrainement le matin et me lève une heure plus tôt pour courir.

Se fier à ses sensations
Fiez-vous à vos sensations et adaptez votre allure en conséquence. C’est important de commencer à courir à son rythme. Et votre rythme est souvent beaucoup plus lent que celui que vous pensez lorsque vous débutez. Ne vous concentrez pas sur ceux qui vous dépassent, ni sur l’allure des personnes qui vous accompagnent.
Cela ne sert à rien de vouloir trop en faire au début. Vous risquez la blessure, et vous en garderez un mauvais souvenir.
Les premiers temps vous pouvez alterner course et marche. Si vous continuez et courrez régulièrement, je vous garantis que les progrès se feront sentir très rapidement.

Se fixer des objectifs
Au début, c’est dur. C’est normal. Encore aujourd’hui il m’arrive qu’une préparation mentale de 12 heures me soit nécessaire avant de chausser mes baskets.
La seule chose qui marche pour moi est de me fixer des challenges. c’est ce qui m’aide à persévérer.
Pour débuter, vous pouvez par exemple vous donnez comme objectif de courir une demi-heure, ou 5 kilomètres une fois par semaine. Augmentez le nombre de séances hebdomadaires. Petit à petit vous pourrez courir aisément 45 minutes puis une heure. Fixez-vous alors un objectif de 10 kilomètre en moins d’une heure. Puis 11 kilomètres en une heure. Un semi-marathon, un marathon…)

Varier les plaisirs
Sorties longues et sorties courtes, fractionné, séances au seuil etc. Diversifier est le meilleur moyen pour ne pas trop s’ennuyer, et améliorer ses performances.

Trouver un partenaire
Courir en musique ou avec une copine (perso j’ai un côté petit G.O que je sais agaçant…), ou votre amoureux.
Etant d’un naturel solitaire je préfère courir seule en semaine, et sans musique. J’ai la chance d’habiter près d’un bois, et j’adore écouter tout ce qu’il se passe autour de moi. C’est aussi un moment pour moi, ou je me vide la tête, ou je réfléchis, ou tout se clarifie. Je remets les choses en perspective, je dénoue des situations, je me « lave » l’esprit. Je me sens toujours apaisée et disponible après un footing seule. C’est tellement essentiel pour moi que je ne consens à courir avec mon amoureux le week-end qu’à la condition qu’il respecte le silence (le pauvre a pour ainsi dire presque interdiction de me parler!)

Pour éviter les coups de fatigue, blessures et entrainement contre-productif, ne négligez surtout pas les jours de repos!
Hydratez vous bien avant et après la séance, et étirez-vous longuement.

J’espère que ces quelques petits conseils vous donnerons envie de vous y mettre!

A bientôt!

Lætitia

Share
Tagged , , ,

Les petits bonheurs de la semaine #9

Kees Van Dongen, La femme aux bas noirs

Kees Van Dongen, La femme aux bas noirs

- Prendre son petit déjeuner dans une belle céramique, tout a l’air plus appétissant et joyeux, et c’est la journée qui débute avec délicatesse,
- Respecter des traditions réconfortantes et festives; Le bouquet de fleurs chaque vendredi, le restaurant Indien le mardi, les jolies chandelles et la nappe pour diner à la maison (oui, MEME devant une barquette Picard), l’heure de la coupe de champagne!
- Savourer la saison 2 de Masters of Sex, la série retraçant l’histoire vraie de deux chercheurs américains dans les années 50, une mine d’or pour les amoureux de l’élégance des années 50
- Aller au cinéma seule. Voir cette semaine le popcorn moovie Gone Girl de David Fincher, un peu barré et très divertissant!
(j’adore aller au ciné seule, choisir mon film, m’offrir des rouleaux de réglisse à dérouler pendant le film, faire semblant de ne pas écouter les conversations des autres dans la salle avant la projection. J’suis la seule toquée dans ce navire?)
- Faire ses courses au Monoprix et revenir avec une botte de persil, une huile de sésame, et un nouveau collier.

Passez une belle semaine!

Lætitia

Share

L’obsession du jour # Des papillons dans le salon

2014-10-05_1412527566

Mes jolis papillons choisis ce week-end chez Deyrolle qui s’accordent parfaitement à mon bouquet de fleurs d’inspiration orientale. Vous ne trouvez pas?

Table basse Piero Lissoni chez cassina, Papillons Deyrolle

Share
Tagged , , ,

La tatin de la Win !

DSC06259

Salut les copains,

Je sais, je reviens la bouche en coeur après un long silence, une petite douceur en poche pour tenter de vous amadouer.
Mais pas n’importe laquelle, je viens vous livrer la recette de la meilleure tarte tatin du monde.
Je me la raconte un peu, je vous l’accorde. Et puis, ce n’est pas la mienne mais la recette secrète et cultissime de mon ami François, vainqueur chaque année de la coupe de la Foire Tarte Tatin de Lamotte-Beuvron (je vous laisse googliser), qui fort heureusement ne soupçonne pas l’existence de ce journal sans quoi j’aurais du soucis à me faire.
C’est simple, je n’en ai jamais gouté aussi délicieuse. Dés que l’hiver approche, j’en rêve le jour, et la nuit, et le jour et la nuit. Voici la recette.

Ingrédients:


- 220 g de Sucre blanc
- Pommes royal gala (6 ou7)
- 1 pâte brisée
- beurre demi-sel
- 1 moule à tarte bien téfalisée

Epluchez les pommes, et faites des huitièmes, en coupant à la verticale.
Mettez dans une casserole environ 170g de sucre blanc pour le faire caraméliser. Attention, surveillez bien le caramel. Il doit devenir blanc, puis former des bulles. Remuez sans cesse pour ne pas laisser adhérer, ça brûle très vite. Le caramel se transforme ensuite en une pâte blanche (c’est normal). Un fois le caramel devenu homogène et marron, versez-le dans votre moule, de manière homogène.
Attendez que le caramel refroidisse bien. Beurrez juste les côtés du moule.

Préchauffez votre four à 200 degrés.

Une fois le caramel froid, et même fendu si possible, ajoutez les pommes.
Ajoutez ensuite de petits morceaux de beurre marginalement sur les pommes, et saupoudrez d’un peu de sucre.
Posez votre pâte brisée dessus et rentrez-là dans les côtés. Faîtes d’assez gros trous sur le dessus au couteau.
Sur la pâte ainsi aérée, ajoutez encore de petits morceaux de beurre salé.

Enfournez à mi-hauteur à 190 degrés pendant une heure et quarante minutes.
Démoulez encore chaud en retournant dans un plat.
Tatatatin !

10603530_10152270651135544_1820786476921761945_n

Dégustez avec un petit peu de crème d’Isigny.

Merci François!

Je vous embrasse, je reviens vite !

Lætitia

Share
Tagged

Le look de Kirsten Dunst dans The two faces of January

1960s_glamour__Col_2892486k

La semaine dernière, j’ai été voir The two faces of january d’Hossein Amini, thriller très soigné adopté du roman de Patricia Highsmith.
Kirsten Dunst et Viggo Mortensen y campent un « golden couple » américain très chic en vacances sous le soleil d’Athènes. Ils rencontrent un très séduisant et énigmatique guide touristique, incarné par Oscar Isaac. On n’évitera malheureusement pas le triangle amoureux et la critique sociale (un peu sous fond de Gatsby) dans un enchainement d’évènements qui amènera les trois protagonistes à un bras de fer forcément fatal.
L’intrigue est plutôt bien ficelé, et l’esthétique rétro des années soixante est reproduite de manière très subtile. Mais c’est avant tout le travail du costumier Steven Noble qui m’a interpellée.
Il a réussi à donner un twist sixties au tenues sans rentrer dans la caricature et le déguisement.
Selon ses propres termes, « Les tenues étaient intemporelles mais contemporaines, avec juste des détails des années 60. Je voulais qu’ils soient minimaliste, contemporains, chic et classiques. »

J’ai passé le film à baver devant les robes estivales et les accessoires minimalistes et chics de Kirsten Dunst.
Mais les tenues du très charismatique Viggo Mortensen et d’Oscar Isaac n’étaient pas en reste.

Je vous laisse admirer par vous-même.

kirsten-dunst-two-faces-january-L

Innocent_or_conspi_2892482k

Style-in-film-Kirsten-Dunst-and-Viggo-Mortensen-The-Two-Faces-of-January-1-e1401962752378

The-two-faces-of-january-photo-10

Style-in-film-Kirsten-Dunst-in-The-Two-Faces-of-January-e1401960961715

American_Style__Ch_2892506k

10-15-12-Actors-VIGGO-MORTENSEN-and-KIRSTEN-DUNST-during-the-filming-of-the-movieThe-Two-Faces-of-January-inside-Parthenon-at-the-Acropolis.-1125x750

twofaces-couple

The-Two-Faces-of-January-costumes-1-e1401894459153

Three_Faces_of_Jan_2892480k

(Les lunettes de Kirsten viennent de chez LGR, le sac et les bijoux de chez Chanel)

Je vous embrasse,

Lætitia

Share

The everyday jewelry

DSC06103

Aujourd’hui, j’ai envie de parler des bijoux qui ne nous quittent jamais. Ceux que l’on porte tous jours et qui finissent par devenir une petite extension de soi. Quelque chose de l’ordre de l’intime.

Ce n’est pas un hasard si j’ai une passion pour les bijoux, dans ma famille, on en a toujours offert. Un anniversaire, un diplôme, un merci, et c’est l’occasion d’offrir quelque chose qui restera un souvenir attaché à un être, à un évènement joyeux.
Je n’aime pas m’attacher aux objets. Malgré tout, ceux qui ont de la valeur à mes yeux sont ceux qui m’ont été offerts ou transmis, (le bracelet ancien qui appartenait à ma tante et dont elle m’a fait cadeau, la montre-bijou vintage dont je rêvais que mon amoureux a réussi à dénicher, le bijou qu’un ami m’a rapporté de Londres parce qu’il lui avait fait penser à moi dans la vitrine etc.).
Lorsque je porte ces bijoux je garde un petit bout d’eux sur moi. De la même manière, j’ai tendance à offrir bijoux ou montres à ceux que j’aime. Je trouve vraiment intéressante cette valeur symbolique du bijou, celle de la transmission aussi.

Si je suis extrêmement versatile sur le sujet, changeant très souvent de style de bijoux au gré de mon humeur avec toujours un net penchant pour les pièces très originales et imposantes, je porte au quotidien des pièces plutôt discrètes.

Voici ceux qui ne me quittent que très rarement, et que je considère comme des petites amulettes;

- Ma montre: Cadeau de ma maman il y a quelques années qui l’a choisi et fait graver pour moi. C’est l’objet dont je ne me sépare jamais et qui passe totalement inaperçue car je la porte cadran à l’intérieur du poignet. J’aime le fait de prendre le temps de la remonter tous les jours. J’aime aussi beaucoup son petit côté mystérieux, (personne ne sait ce qu’il y a derrière le cadran si on le retourne), et qu’elle soit plutôt un modèle porté par les hommes.
Je ne m’étais jamais intéressée à l’horlogerie avant ce jour-là et cela marqua le début de ma grande passion pour les beaux calibres.

- Mon bracelet: J’en suis tombée amoureuse il y a quelques années au moment ou la maison Cartier a réédité le modèle Juste un clou. Son créateur Aldo Cipullo l’a imaginé dans les années 1970. Je le trouve différent et sublime. Et il rappelle toujours toute l’affection que la personne qui me l’a offert me porte.

- Mes médailles et mon pendentif: Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours porté des médailles. J’ai le sentiment qu’elles me protègent. Les miennes viennent de la chapelle Notre-Dame-de-la-médaille-Miraculeuse, rue du bac. Elles sont vendues par sachets pour quelques euros. Mon pendentif en or brossé mate et rubis vient d’un voyage à Santorini. Il m’évoque cette ile sublime et les souvenirs de vacances de mes quatorze ans (je vous parlerai un jour de ma fascination pour l’adolescence).

- Ma bague de fiançailles; dont je vous ai déjà raconté l’histoire.

- Mon jonc tout fin en or et émeraude que vous pouvez apercevoir ici: C’est le seul bijou que je ne retire jamais. Il a plus de 30 ans, vient d’une petite boutique de Monaco, et a été acheté après avoir gagné à la roulette au casino de monte Carlo! (ahahah! coucou l’insouciance joyeuse!)

- Et il faut ajouter les liens porte-bonheur que m’offrent mes copines.

J’ai beau être une belle collectionneuse de bijoux et breloques en tout genre, les plus belles parures à mes yeux sont celles qui ne me quittent jamais.

Vous avez des pièces que vous portez tous les jours et qui vous rappellent des personnes qui vous sont chères?

Passez un joli week-end!

Lætitia

Share
Tagged , , , , , , , , ,

Tadao Ando, maître de l’épure

tadao-ando-architect-japonais

L’un de mes rêves est celui d’un road trip à travers le Japon (pays que j’aime infiniment) pour contempler certaines des oeuvres de l’architecte Tadao Ando, cet immense artiste Japonais épris de simplicité qui a fait de l’espace, la lumière, le béton, son terrain de jeu.

Parmi ses oeuvres les plus emblématiques, l’Eglise de la lumière à Ibaraki, à Osaka. C’est une des oeuvres d’art qui m’émeut le plus. Sa puissance minimaliste me fascine.

Voici ce qu’en dit Ando;

« L’église est une boite carrée, sans fioritures, vue de l’extérieur. Mais dès que l’on y entre, on se retrouve face à une croix de lumière qui scintille à travers les fentes du mur. La boite carrée prend soudain vie grâce à la lumière. La fascination nait dans l’espace de la lumière naturelle. Je souhaitais fasciner les gens en leur faisant prendre conscience de la vie. Je crois que la source de toute création se trouve dans ma volonté de faire de l’architecture pour créer la fascination au-delà de l’imagination ».
Tadao Ando ajoute; « Quand une personne regarde un espace que j’ai conçu, je souhaite qu’elle remette en question sa propre existence et sa relation à l’espace. »

Ce sentiment dont parle Ando, je l’ai ressenti lorsque je me suis retrouvée face au Grand Canyon. Ce fut un choc immense. Je ne sais pas bien en parler mais qu’un artiste comme Ando réussisse cette osmose entre l’intérieur et l’extérieur, entre la nature et des matériaux bruts avec toujours cet extrême raffinement me bouleverse tout autant.
Ando explique que son inspiration lui vient de la contemplation de la nature. Sans doute une façon de capter son environnement pour mieux le magnifier.

L’Eglise de la lumière, Osaka (1987)

tadao-ando-church-of-light-Ibaraki-Osaka-Japan-1989-470x520

c3b1a31c8f3c118570abd9a2e03c6

Parmi ses autres oeuvres architecturales que j’aimerais visiter;

4×4 House originale, Kobe (2003)

tadaoando

4X4 TADAO ANDO

beach-house-twins-4x4-architecture-tadao-ando-japan-5

beach-house-twins-4x4-architecture-tadao-ando-japan-1

beach-house-twins-4x4-architecture-tadao-ando-japan-4

beach-house-twins-4x4-architecture-tadao-ando-japan

koshino house (1984)

openhouse-barcelona-koshino-house-architecture-tadao-ando-japan-7

openhouse-barcelona-koshino-house-architecture-tadao-ando-japan-11

openhouse-barcelona-koshino-house-architecture-tadao-ando-japan-2

Ranch construit pour Tom Ford à Santa Fé;

tom-ford-tadao-ando-01-600x469

tom-ford-tadao-ando-02-600x471

Salle de conférences du musée Vitra à Weil-am-Rhein, en Allemagne (1993)

tumblr_lpzqgk1zaf1qjhjypo1_500

Glass Block House à Ikuno, Osaka, (1977)

Ando GLASS BLOCK HOUSE

A bientôt!

Lætitia

Share
Tagged , ,

Les petits bonheurs de la semaine #8

Helmut Newton, Le Smoking

Helmut Newton, Le Smoking



- Déjeuner en terrasse chez Carette (Je fixe mes RDV et déjeuners chez Carette seulement en prévision du dessert. Oui, j’ai mes fixettes. Les macarons Carette, on en parle?)
- Débuter la journée par un jogging matinal dans le bois (J’adore courir. Hong Kong étant très pollué, j’y avais renoncé pour me rabattre sur un tapis de course. La joie de courir de nouveau pour de vrai en pleine nature!)
- Choisir mon voile de mariée (soie et dentelle de calais chez Delphine Manivet) offert par ma personne préférée
- Pouvoir enfin profiter de mes amis et des soirées estivales
- Retrouver mon quartier et mon appartement
*There’s no place like home*

Passez un doux week-end.

Lætitia

Share
Tagged ,